Edito du dimanche : les tablettes et l’avenir du PC

Apple iPadLe Computex, un des plus grands salons high-tech, s’est achevé hier à Taipei. Si un enseignement doit être tiré de ce salon, c’est que les tablettes risquent bien d’être partout dans les années à venir. Ainsi, les Taiwanais Asus et Acer ont présenté leurs prochaines tablettes, le premier en présentant même trois dont un livre électronique. Et ils sont loin d’être les seuls, pratiquement toutes les grandes marques ont des projets de tablettes en cours, celle de Dell vient d’ailleurs de sortir en Grande-Bretagne. On peut alors se demander quel est l’avenir du PC face à ces tablettes

Revenons quelques années en arrière. En janvier 2007, le monde de l’informatique se composait essentiellement de laptops et d’ordinateurs de bureau. Entre 2007 et 2008, les smartphones se sont généralisés. En 2009, les netbooks se sont imposés. En 2010, les tablettes semblent monopoliser le devant de la scène. En trois ans seulement, le paysage s’est considérablement transformé et préfigure l’informatique de demain. Les constructeurs semblent donc tous se tourner vers les tablettes, motivés par la réussite des ventes de l’iPad. L’offre de demain se composera donc de plusieurs appareils, présentés du plus mobile au moins mobile :

L'Asus EeePad EP101TC présenté au Computex 2010

1. Le smartphone
2. Le netbook/la tablette
3. Le laptop
4. Le PC fixe

De ce fait, nous pouvons nous poser quelques questions. Tout d’abord, les consommateurs investiront-ils dans chacun de ces produits ou ne sélectionneront-ils que certains d’entre eux ? Par ces temps difficiles, nul doute que tout les monde ne pourra pas acquérir un produit de chacune de ces catégories. Dès lors, il semble que les marchés des netbooks, des tablettes et des laptops se phagocytent quelques peu, nombre de commentateurs n’hésitant d’ailleurs pas à annoncer la fin des netbooks, voir des laptops, remplacés par les tablettes. En effet, on voit mal un consommateur acheter un laptop, une tablette et un netbook, les trois répondant au même besoin de mobilité. Toutefois, l’utilisation de ces appareils risque de segmenter le marché en deux avec d’un côté l’usage privé, davantage orienté sur le loisir, idéal pour l’iPad, et l’usage professionnel, demandant des actions précises et variées, où le laptop et le PC de bureau sont généralement plus appropriés.

Deuxièmement, une tablette est-elle un PC ou appartient-elle à une autre catégorie? C’est la définition même de PC qui est remise en question. A la base, une tablette est mal adaptée pour l’accueil de périphériques, caractéristique importante d’un PC traditionnel. D’autre part, une tablette sans liaison internet perd tout intérêt du fait de l’absence de périphérique (comment ajouter des programmes ou lire des médias sans périphériques de stockage externe p.ex.). En fait, nous assistons à une transformation de la notion même de PC rendue possible par la démocratisation de l’internet à haut débit.

Ceci nous amène au troisième point: pourquoi Apple réussit-il mieux là où Microsoft a échoué. L’idée de la tablette, Microsoft a longtemps essayé de la développer, dès le début des années 2000. Mais la mayonnaise n’a pas pris pour une raison simple : Microsoft est sans doute arrivé trop tôt sur ce créneau, les connexions wifi et 3G ne s’étaient pas suffisamment démocratisées pour pouvoir être connecté partout et en tout temps, réduisant les premières tablettes à n’être qu’un ordinateur portable sans clavier.

Quatrièmement, la tablette peut-elle s’imposer durablement ? A notre avis oui, pour la raison suivante : à l’avenir, ce qui importera sur un PC, c’est d’avoir un navigateur et un accès internet permettant d’accéder à ses mails, à nos journaux préférés ou à Google Docs (ou services similaires) pour nos documents, ce que l’on désigne généralement comme le « cloud », l’informatique dans les nuages en français. Un système d’exploitation traditionnel comme Windows devrait donc perdre à long terme sa raison d’être et céder sa place à des systèmes plus simple comme Android, Chrome OS ou iPhone OS.
Les tablettes symbolisent donc cette mutation profonde du marché des PCs et pourraient bien façonner l’usage de l’informatique de demain.

Une réflexion au sujet de « Edito du dimanche : les tablettes et l’avenir du PC »

Les commentaires sont fermés.